Catégorie : Non classé

Homélie de Méliton de Sardes sur la Pâque

Mystère toujours nouveau.

Comprenez-le, mes bien-aimés : le mystère de la Pâque est ancien et nouveau, provisoire et éternel, corruptible et incorruptible, mortel et immortel.

Il est ancien en raison de la Loi, mais nouveau en raison du Verbe ; provisoire en ce qu’il est figuratif, mais éternel parce qu’il donne la grâce ; corruptible puisqu’on immole une brebis, mais incorruptible parce qu’il contient la vie du Seigneur ; mortel, puisque le Seigneur est enseveli dans la terre, mais immortel par sa résurrection d’entre les morts.

Oui, la Loi est ancienne, mais le Verbe est nouveau ; la figure est provisoire, mais la grâce est éternelle ; la brebis est corruptible, mais le Seigneur est incorruptible, lui qui a été immolé comme l’agneau, et qui ressuscita comme Dieu.

Car il a été conduit comme une brebis vers l’abattoir, alors qu’il n’était pas une brebis ; il est comparé à l’agneau muet, alors qu’il n’était pas un agneau. En effet, la figure a passé, et la vérité a été réalisée : Dieu a remplacé l’agneau, un homme a remplacé la brebis, dans cet homme, le Christ, qui contient toute chose.

Ainsi donc, l’immolation de la brebis et le rite de la Pâque et la lettre de la Loi ont abouti au Christ Jésus en vue de qui tout arriva dans la loi ancienne et davantage encore dans l’ordre nouveau.

Car la Loi est devenue le Verbe, et, d’ancienne, elle est devenue nouvelle (l’une et l’autre sorties de Sion et de Jérusalem), le commandement s’est transformé en grâce, la figure en vérité, l’agneau est devenu fils, la brebis est devenue homme et l’homme est devenu Dieu. ~

Le Seigneur, étant Dieu, revêtit l’homme, souffrit pour celui qui souffrait, fut enchaîné pour celui qui était captif, fut jugé pour le coupable, fut enseveli pour celui qui était enseveli. Il ressuscita des morts et déclara à haute voix : Qui disputera contre moi ? Qu’il se présente en face de moi ! C’est moi qui ai délivré le condamné ; c’est moi qui ai rendu la vie au mort ; c’est moi qui ai ressuscité l’enseveli. Qui ose me contredire ? C’est moi, dit-il, qui suis le Christ, qui ai détruit la mort, qui ai triomphé de l’adversaire, qui ai lié l’ennemi puissant, et qui ai emporté l’homme vers les hauteurs des cieux ; c’est moi, dit-il, qui suis le Christ.

Venez donc, toutes les familles des hommes, pétries de péchés, et recevez le pardon des péchés. Car c’est moi qui suis votre pardon, moi la Pâque du salut, moi l’agneau immolé pour vous, moi votre rançon, moi votre vie, moi votre résurrection, moi votre lumière, moi votre salut, moi votre roi. C’est moi qui vous emmène vers les hauteurs des cieux ; c’est moi qui vous ressusciterai ; c’est moi qui vous ferai voir le Père qui existe de toute éternité ; c’est moi qui vous ressusciterai par ma main puissante.

Message de Pâque de notre Evêque

Bonne fête de Pâques !
Ce souhait peut paraître surprenant alors que nous sommes confinés chez nous avec des sorties réduites à l’essentiel.
Il nous faut marquer la fête de Pâques. Ce jour ne peut pas être comme les autres, même si nous ne pouvons pas nous retrouver pour célébrer la résurrection du Christ et si les catéchumènes ne pourront pas être baptisés au cours de la veillée pascale.
Je suis marqué cette année par la manière d’agir de notre Dieu. C’est dans la discrétion que Jésus ressuscite. Il ne s’impose pas et c’est laborieusement que les disciples accèdent à la foi. Il est si facile de se comporter comme si le mal et la mort semblaient l’emporter !
Marquons cette fête de Pâques en disposant chez nous, à la fenêtre, un bouquet ou une plante : c’est la vie qui est la plus forte ! Célébrons cette fête dans l’intimité de nos familles, en communion les uns avec les autres. Accueillons le message pascal et partageons autour de nous l’incroyable espérance dont il est porteur : le Christ, notre vie, est ressuscité !
Bonne fête de Pâques à vous tous !

+ Pierre-Marie Carré
Archevêque de Montpellier

 

 

Homélie de Méliton de Sardes sur la Pâque

L’Agneau sans défaut et sans tache

Bien des choses ont été annoncées par de nombreux prophètes en vue du mystère de Pâques qui est le Christ : à lui la gloire pour les siècles des siècles. Amen.

C’est lui qui est venu des cieux sur la terre en faveur de l’homme qui souffre ; il a revêtu cette nature dans le sein de la Vierge et, quand il en est sorti, il était devenu homme ; il a pris sur lui les souffrances de l’homme qui souffre, avec un corps capable de souffrir, et il a détruit les souffrances de la chair ; par l’esprit incapable de mourir, il a tué la mort homicide.

Conduit comme un agneau et immolé comme une brebis, il nous a délivrés de l’idolâtrie du monde comme de la terre d’Égypte ; il nous a libérés de l’esclavage du démon comme de la puissance de Pharaon ; il a marqué nos âmes de son propre Esprit, et de son sang les membres de notre corps.

C’est lui qui a plongé la mort dans la honte et qui a mis le démon dans le deuil, comme Moïse a vaincu Pharaon. C’est lui qui a frappé le péché et a condamné l’injustice à la stérilité, comme Moïse a condamné l’Égypte.

C’est lui qui nous a fait passer de l’esclavage à la liberté, des ténèbres à la lumière, de la mort à la vie, de la tyrannie à la royauté éternelle, lui qui a fait de nous un sacerdoce nouveau, un peuple choisi, pour toujours. C’est lui qui est la Pâque de notre salut.

C’est lui qui endura bien des épreuves en un grand nombre de personnages qui le préfiguraient : en Abel il a été tué ; en Isaac il a été lié sur le bois ; en Jacob il a été exilé ; en Joseph il a été vendu; en Moïse il a été exposé à la mort ; dans l’agneau il a été égorgé ; en David il a été en butte aux persécutions ; dans les prophètes il a été méprisé.

C’est lui qui s’est incarné dans une vierge, a été suspendu au bois, enseveli dans la terre, ressuscité d’entre les morts, élevé dans les hauteurs des cieux.

C’est lui, l’agneau muet ; c’est lui, l’agneau égorgé ; c’est lui qui est né de Marie, la brebis sans tache ; c’est lui qui a été pris du troupeau, traîné à la boucherie, immolé sur le soir, mis au tombeau vers la nuit. Sur le bois, ses os n’ont pas été brisés ; dans la terre, il n’a pas connu la corruption ; il est ressuscité d’entre les morts et il a ressuscité l’humanité gisant au fond du tombeau.

Horaire des offices à vivre en direct du Monastère

Voici les horaires des offices de la semaine sainte que vous pourrez suivre en direct du Monastère grâce à notre chaîne Youtube :

Jeudi Saint (9 avril) :

7h30        Laudes

12h00       Chapelet – Office du milieu du jour

15h00       Chapelet de la Miséricorde et adoration

20h00       Sainte Cène, suivie de l’Heure Sainte et de l’office des Complies

Vendredi Saint (10 avril) :

7h30         Office des lectures – Laudes
9h00         Méditation « Seigneur Montre-nous ton visage (1/2) » (sr Véronique)
11h15       Chapelet – Office du milieu du jour

13h00       Chemin de Croix

14h30       Méditation « Seigneur Montre-nous ton visage (2/2) » (sr Véronique)

17h30       Célébration de la Passion

20h30       Chapelet et Complies

Samedi Saint (11 avril) :

7h30       Office des lectures – Laudes
9h00       Méditation « Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix (1/2) » (sr Catherine)

12h00     Chapelet – Office du milieu du jour

14h30     Méditation « Je vous laisse ma paix, je vous donne ma paix (2/2) » (sr Catherine)

18h30     Liturgie de la Parole
20h30     Liturgie eucharistique

Dimanche de Pâques (12 avril) :

8h00         Laudes
11h00       Messe

Célébrer de la semaine sainte avec le diocèse

Pour le Triduum Pascal, les messes seront retransmises sur tous nos médias diocésains (le site diocésain, Facebook, Youtube) et sur RCF Maguelone Hérault.

– Jeudi Saint- 09 avril à 18h30

– Vendredi Saint – 10 avril à 18h30

– Vigile Pascale – 11 avril à 18h30

– Dimanche de Pâques – 12 avril à 10h30

 

Le site Catéchèse & Catécuménat, édité par la CEF, vous propose un guides pour célébrer la semaine en famille, pendant cette période de confinement :

Confinement : en famille, célébrer la liturgie de la Semaine Sainte et Pâques

Extrait de la passion selon St Matthieu de J.S. Bach

Le Père Philippe Azaïs nous propose deux petits numéros très sobres et d’une incroyable densité commentant l’ultime parole de Pilate qui reste en suspension :

Texte : N° 26 et 27 de la 2° partie de la passion selon St Matthieu de J.S. Bach

Evangéliste : Der Landpfleger sagte  /  Le gouverneur dit :

Pilate : Was hat er denn Ubels getan  / Quel mal a-t-il donc fait ?

Récitatif de soprano :

Er hat uns allen wohlgetan, /             Il a répandu sur nous ses bienfaits,

Denn Blindengab er das Gesicht, /      Il a redonné la vue aux aveugles,

Die Lahmen macht er gehend, /         Il a fait marcher les paralysés,

Er sagt uns seines Vaters Wort, /       Il nous a enseigné la parole de son Père,

Er tieb die Teufel fort, /                    Il a chassé les démons,

Betrübte hat er aufgericht, /             Il a consolé les affligés,

Er nahm die Sünder auf und an. /      Il a pardonné aux pécheurs.

Sonst hat mein Jésus nichts getan / Autrement mon Jésus n’a rien fait.