Catégorie : Non classé

Fêter St Joseph à Mont-Luzin !

 

 

Messe du 19 mars à St Joseph de Mont-Rouge

[embedyt] https://www.youtube.com/watch?v=xBliCqWvYbk[/embedyt]

 

Il s’agit d’une diffusion en différé, car nous n’avons pas les moyens techniques pour diffuser en direct.

Si le résultat est probant, nous proposerons de la même manière les messes dominicales célébrées à Mont-Rouge durant ce temps de confinement.

P. Joseph-Marie

 

Parole de consolation…

J’ai trouvé ce message de Maria Valtorta, qui m’a fait du bien, je vous le transmets. Il y a certainement quelques défauts de traduction…

Jésus dit :

“Mes bien-aimés qui vivez enfermés dans le cercle de mes bras comme dans l’enceinte du tabernacle ancien, je vous donne mon ordre en ces temps de la colère, venue non pour vous, mais pour les péchés du monde.

Quand, dans le malheur général, vous voyez les humains s’agiter et se troubler et se mettre dans des états de douleur injuste, ne vous unissez pas à eux. Compatissez aux malheurs communs, mais, les reconnaissant comme le signe de la Justice divine, ne vous abandonnez pas à des déséquilibres humains.

Mon esprit a effleuré vos pupilles et leur a donné une vision que l’œil humain n’a pas. Vous voyez au-delà de la terre et vous connaissez la vérité des choses. Donnez donc son nom à cette heure et les attentions qu’elle mérite : expiatoires, et non imprécatoires, comme font généralement les humains, s’attirant de nouveau la colère du Ciel.

Que les coupables s’affligent puisque cette heure est le fruit de leur conduite. Vous, qui êtes prostrés devant ma gloire, bénissez-la, car par un châtiment, elle rappelle l’humanité parjure et idolâtre au Dieu saint et unique, et demeurez en moi.

L’huile de l’amour est sur vous, et de vous, elle déborde sur le monde. Vous êtes ceux qui l’attirent, vous, les vases précieux dans lesquels les sacrifices de votre vie deviennent de l’encens; lampes ardentes qu’aucun vent ne trouble, vous tendez votre esprit allumé comme une flamme droite vers mon autel.

N’oubliez pas votre élection et ne profanez pas le signe par des contaminations humaines. Restez à bénir dans le tabernacle pour ceux qui maudissent, à prier pour ceux qui ont besoin de miséricorde. Le monde sera sauvé grâce à vous.”

SOURCE : Extrait des Cahiers de 1943 , 15 décembre – Dictées de Jésus à Maria

Pierre Mimard

Une belle histoire…

Le carême démarre très fort, je pense que nous sommes entrés dans une tribulation depuis l’incendie de Notre Dame. J’espère me tromper…

Reçu de Soeur Emmanuel de Medjugorje : un peu dur mais beau…

La patte de la brebis.

Un jour, à Medjugorje, un pèlerin croate passait le long d’un champ où paissait un troupeau de moutons. Quelle n’a pas été sa surprise de voir le berger maltraiter durement une de ses brebis et lui casser une patte ! La pauvre bête bêlait d’un ton plaintif à fendre l’âme. Révolté devant une telle cruauté, le pèlerin courut vers le berger et lui cria avec colère : « Que faites-vous là !? Vous êtes fou ! Quelle cruauté ! » Mais avec un grand calme le berger lui expliqua : « Soyez en paix ! Je fais mon travail de berger. Cette brebis s’en va toujours loin du troupeau, elle est complètement sauvage, c’est très dangereux pour elle car elle s’égare. Un jour, elle va se perdre et elle risque de mourir dans les rochers et les buissons d’épines. Je lui ai cassé une patte pour qu’elle ne puisse plus marcher pendant quelque temps, et je l’ai fait exprès. Je vais maintenant la porter sur mes épaules et alors elle se familiarisera avec moi, et avec ma voix. Par la suite, lorsqu’elle sera guérie, elle ne me quittera plus. » Le pèlerin regretta d’avoir été agressif envers le berger, car il comprit que son but était de sauver la vie de sa brebis, même au prix de cette fracture. 

 

« Je suis le Pasteur des brebis, nous dit Jésus, qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres mais il aura la lumière de la vie. » Le message est clair, il vaut mieux subir la douleur provisoire d’une patte cassée que de s’éloigner du Berger et de perdre la vie pour toujours !

Et si le coronavirus était l’occasion de remettre en question notre mode de pensée et de vie, ne pourrions-nous pas y voir un moindre mal car le plus grand drame est que l’humanité continue à s’égarer loin de notre Berger Divin qui seul a les paroles de la vie éternelle. Lui seul a donné sa vie pour les brebis, il a payé la rançon de notre salut, et à quel prix ! Par SES blessures, nous sommes guéris. Nous ne voulons plus rechercher le bonheur là où il se perd.

 

Oui, sous le marteau qui frappe et blesse, se trouve toujours la main du Berger qui guérit !

Pierre Mimard

Prière à St Michel

Saint Michel Archange, défendez-nous dans le combat,

soyez notre secours contre la malice et les embûches du démon.

Que Dieu exerce sur lui son empire, nous vous le demandons en suppliant.

Et vous, Prince de la Milice Céleste, repoussez en enfer par la force divine

Satan et les autres esprits mauvais qui rôdent dans le monde en vue de perdre les âmes.

Ainsi soit-il.

Texte de M.CAMUS

Merci, Pardon, S’il Te plaît !

Ces mots si simples – qui sont la base même de la plus élémentaire politesse -, inculqués dès la petite enfance, ne sont pas si puérils que cela, quels que soient notre âge et l’éducation reçue.
Ils ont été repris par le Pape François, dans une catéchèse de mai 2015 et peuvent être des supports à notre méditation. Le Carême nous en offre le temps, nécessaire pour cerner nos manques, nos enfermements, nos refus, nos tentations.
Dire « MERCI » avant « S’IL TE PLAIT », c’est peut-être savoir reconnaître que Dieu se donne à nous, avant toute demande, dans les choses les plus élémentaires de notre quotidien, ouvrant notre coeur à la beauté et à la
bonté !
« PARDON » quand, à la lumière de ces « mercis », apparaissent les zones d’ombres, au moment où nous nous sommes dérobés à l’amour, à l’accueil, à la vie en alliance avec Dieu.
«  S’IL TE PLAIT » Seigneur, seuls ce n’est pas possible…..Avec Toi, tout est possible. Comble-nous de Ton Esprit pour qu’Il nous aide à choisir ce qui fait la richesse de nos journées, à leur donner la joie et la paix et nous conduise vers davantage de vie en Ta Présence.
« Ces mots simples, qui font d’abord sourire, sont les garants de relations solidement enracinées dans l’amour du bien et dans le respect de l’autre » . ( Pape François ).
Si simples ? Alors, pourquoi ne pas en faire notre bagage de Carême ?
« Nous avons tous besoin de nous retirer en nous-mêmes pour trouver un appui, un sol ferme sur lequel nous tenir. Ce retrait va de pair avec le respect de soi- même. En me retirant, je m’accorde des égards pour que puisse à nouveau couler la source qui est en moi » ( Anselm Grün ).

Bon Carême !

M. Camus ( 03/2020 )