Auteur : Michelle Camus

«  Nous demandons à Dieu ce qu’il nous plaît et Il nous donne ce qu’il nous faut » (Léon Bloy)

La tradition des vœux est bien ancrée dans nos us et coutumes et c’est tant mieux. Alors que nous baignons encore dans la lumière douce de la Crèche, guettant « l’étoile » qui guidera nos pas dans cette nouvelle année, quels vœux allons-nous échanger ?

  • Seront-ce de simples paroles de circonstance, rabâchées à l’envi et vides d’un réel sentiment ?
  • Ou bien vont-ils refléter le meilleur de ce que nous désirons pour les êtres qui nous sont chers ?
  • Seront-ils aussi destinés à celles et à ceux que nous rencontrons dans nos lieux de vie ?

Qui, en effet, n’aspire pas au bonheur ?

Lire plus…

DOUCE NUIT !

C’est dans la douceur que le Seigneur se fait l’un de nous ! Lui, le Tout-Puissant, le Rocher, la Force – nombreux sont les qualificatifs qui habillent Sa Gloire -arrive parmi nous dans la fragilité, le dénuement, incognito (ou presque)  à la périphérie (déjà !) d’une bourgade de Judée, accaparée par les agitations humaines de son époque : un pays occupé, un César auguste soucieux de l’étendue de son empire (recensement), un roi  Hérode agrippé à son trône.

Quel contraste entre la turbulence et l’avidité du monde et la petite ‘Accouchée’, venue de Nazareth, la Bien-Aimée de Joseph, la « Choisie » par Dieu entre toutes les femmes ! C’est pourtant ainsi que Dieu va réaliser Son plan, en faisant de l’empereur de Rome un instrument utile à son dessein. En décrétant le recensement des habitants de son empire, dans leur ville d’origine, en vue de la perception des impôts, l’enfant – apportant  le Salut du monde – ne naîtra pas à Nazareth, mais à Bethléem, ville de David et de Joseph, son descendant, dans le dépouillement le plus total.

Lire plus…

« En effet, aucun d’entre nous ne vit pour soi-même » (Rm 14, 7)

…sachant que « nous sommes destinés à la Sainteté, toi, moi et tout le monde. C’est une tâche simple car si nous apprenons à aimer, nous apprenons à être Saints » ( Mère Térésa de Calcutta ).

Voilà quelques encouragements précieux au moment où la liturgie célèbre la fête de tous les Saints. Jésus, lui-même, nous enseigne les pistes pour y parvenir. Car la Toussaint ne concerne pas seulement ceux qui nous précèdent mais appelle ceux que nous sommes à le devenir. Projet ambitieux, voire prétentieux ? C’est pourtant là le chemin du Salut. Dieu nous invite, inlassablement, à faire alliance avec Lui pour accueillir son amour de   Père et l’annoncer aux autres.En s’oubliant soi-même, comme l’écrit St Paul, c’est pour vivre pour le Seigneur, cet Autre que moi-même, le TOUT-AUTRE. Il est cet autrui qui, par humilité de l’Incarnation en Jésus, offre l’amitié divine à tout homme. DIEU-AUTRUI se laisse reconnaître en chaque homme que je rencontre , créé à Son image, en qui je découvre un frère. Et quel bonheur si ce frère ne me ressemble pas ! S’il ne reflète pas mes gestes, mes paroles, mes idées….mais me permet, en étant lui-même, de découvrir qui je suis vraiment. L’identique étouffe. Que deviendrait une relation si elle tournait autour des mêmes mots, des mêmes idées, des mêmes gestes?une relation qui se viderait de sens, d’intérêt, qui se replierait vite sur elle-même et deviendrait une coquille vide.

Lire plus…

Quel est votre avis ?

« Quel est votre avis ? » (Mt 21, 28-32 )  Sur quoi ?

Car un avis est tellement facile à donner ( même quand il n’est pas demandé ! ). Pourtant, à condition de ne pas devenir un jugement à l’emporte-pièce, un avis nécessite une réflexion, si on ne veut pas rester dans le superficiel ou si le sujet est délicat ( famille, travail, relations sociales et amicales ). Quand un avis est demandé par le Seigneur lui-même, il vaudrait mieux s’accorder le temps de la réflexion ! En s’adressant aux grands prêtres et aux anciens racontant la parabole du Père et des deux fils, Jésus pose la grande question : « Qui fait la volonté du Père ? » question qui nous est posée aujourd’hui. Quelle va être notre réponse ?

Lire plus…

« Il faut remédier à la fatigue de l’esprit en s’accordant quelques plaisirs »

«  Il faut remédier à la fatigue de l’esprit en s’accordant quelques plaisirs »

( St Thomas d’Aquin )

C’est la rentrée ! Le temps des retrouvailles professionnelles, scolaires… et paroissiales, avec un planning tout tracé pour beaucoup d’entre nous. Y laisserons nous un espace raisonnable pour ne pas laisser  partir en fumée les bienfaits du repos estival ?

Lire plus…

« Tout ce qui n’est pas donné est perdu »

« Tout ce qui n’est pas donné est perdu » aimait rappeler Mère Teresa de Calcutta.

Forts du don de l’Esprit à notre baptême, ravivé chaque année à la Pentecôte, invités par notre Saint Père, le Pape à vivre un amour non abstrait (cf bulletin de juin) notre programme est tout tracé pour les vacances qui approchent. Il suffit de mettre en œuvre, ne serait-ce que quelques-uns, voire tous les dons de l’Esprit pour donner un sens aux semaines estivales, consacrées au repos et à la détente.

Lire plus…

Esprit es-tu là ?

Non, ce n’est pas de l’humour !

Oui, si en ce mois de juin qui s’ouvre sur la fête de la Pentecôte, nous sommes attentifs à sa Présence, ô combien efficace, qui dispense à profusion ses dons à chacun ;

Oui, si nous ne Le remisons pas au placard, une fois la fête passée, une fois éteint le feu ardent allumé au matin de Pâques ;

Lire plus…

Ayez le courage du vrai bonheur ! ( Pape François ).

 

«  Ce joli mois de mai » commence avec le traditionnel brin de muguet, porte bonheur, symbole assez significatif d’un monde en quête de mieux-être et    l’occasion d’échanger une intention avec nos proches. Ce ne sont pas les vendeurs à chaque carrefour ou les publicités (nombreuses) qui diront le contraire.

Pourtant, si louable soit la tradition , il serait judicieux de nous reporter au message du Saint Père du 31 janvier 2015, pour la XXXème Journée mondiale de la Jeunesse :

«  Ayez le courage d’aller à contre-courant

Ayez le courage du vrai bonheur ! »

Lire plus…

Femme pourquoi pleures-tu ?

Femme, pourquoi pleures-tu ? ( Jn, 1-18 )

Quelle attention de notre Seigneur qui s’intéresse à toute personne dans la détresse, toujours soucieux de ce que nous cherchons, de ce que nous désirons ! Qu’est-ce qui te tourmente, te bouleverse, qui cherches-tu ? Que veux-tu que je fasse pour toi ? Notre Seigneur vient toujours au devant de nous. C’est lui qui a toujours l’initiative de la rencontre. Il se met en chemin pour nous chercher ( cf la brebis perdue ) bien avant que nous nous mettions nous-mêmes à Le chercher et Il nous parle personnellement.

Lire plus…

« Qu’est donc l’homme pour que Tu penses à lui, l’être humain pour que Tu t’en soucies ? » ( Ps 8,5 )

« Déchirez votre cœur, non pas vos vêtements et revenez à moi qui suis  bon et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour » ( Jl 2, 12-13 ).

« Convertissez-vous et croyez en la Bonne Nouvelle » insiste Jésus dès les premiers versets de l’Évangile de St Marc » ( Mc 1, 15 ).

Entendons-nous notre Dieu qui se lamente, qui nous supplie de ne pas faire fausse route, de ne pas aller là où il y a des pleurs et des grincements de dents ? Sommes-nous à l’écoute de Ses nombreux appels qui jalonnent Sa Parole dès le Jardin d’Eden ? « Où es-tu ? ( Gn 2, 9 ). Sommes-nous attentifs aux signes qu’Il nous envoie grâce à l’Esprit à l’œuvre dans notre quotidien ?

Lire plus…