Auteur : admin.r

Le Mot Du Père Curé

Après avoir présenté les deux objectifs de la Doctrine Sociale de l’Eglise – la destination universelle des biens et la promotion du bien commun – abordons maintenant les trois principes qu’elle promeut pour atteindre ces objectifs : le principe de subsidiarité, de solidarité et de participation.

Le principe de subsidiarité Ce principe impose à l’Etat de prendre soin et de se mettre au service (subsidium = aide) des corps sociaux intermédiaires, tels que la famille, les associations (culturelles, sportives, récréatives, professionnelles, politiques, économiques, sociales…), les réalités territoriales locales…, étant donné que le cadre de la société civile est précisément constitué par l’ensemble des rapports entre les individus et ces sociétés intermédiaires. Ce serait un grave abus de la part des instances sociales supérieures, de priver le citoyen de l’expression de sa créativité, de restreindre son espace vital, en absorbant les structures intermédiaires dans le fonctionnement de l’appareil public. Toute personne, toute famille, tout corps intermédiaire, a quelque chose d’original à offrir à la communauté. L’hypertrophie des appareils publics dans une logique bureaucratique, trahit un manque de reconnaissance de l’initiative privée et de sa fonction sociale. Une telle dérive, qui ne respecte pas l’articulation pluraliste de la société, conduit toujours à un appauvrissement de la vie sociale, et met en danger l’équilibre entre la sphère publique et la sphère privée, ainsi que le respect des droits des individus et des minorités. Ceci vaut en particulier en ce qui concerne la famille, que la Révélation nous invite à considérer comme la première société naturelle, au centre même de la vie sociale. C’est pourquoi les institutions de l’Etat ont le devoir de garantir et de favoriser l’identité authentique de la vie familiale, au sein de laquelle s’expérimente en premier la socialité humaine. Ce qui implique que l’action politique et législative sauvegarde les valeurs de la famille, qu’il s’agisse de la promotion de l’intimité et de la vie familiale en commun, du respect de la vie naissante, ou de la liberté de choix dans l’éducation des enfants. Les parents sont les premiers éducateurs de leurs enfants, responsabilité qu’ils exercent en collaboration vigilante avec les organismes civils et ecclésiaux. Au nom du principe de subsidiarité, la société et l’Etat ne peuvent donc ni absorber, ni se substituer à, ni réduire la dimension sociale de la famille, mais ils doivent plutôt la reconnaitre, la respecter et l’encourager.